La limitation utile en guitare

La puissance de la limitation utile en guitare

Bonjour, je m’appelle Sylvain, je suis guitariste depuis 18 ans. L’année dernière, j’ai lancé mon blog de guitare Riff Your Life, qui offre plein d’astuces pour progresser !

Je tiens à remercier Fabien de l’excellent blog Musicien Rebel de me laisser l’opportunité d’écrire un article sur son site !

 

Nous vivons dans une époque d’abondance !

Cela nous semble tout à fait naturel de pouvoir zapper sur 200 chaines de télévision, de pouvoir écouter n’importe quelle chanson Youtube quand l’envie nous en prend, ou d’obtenir les réponses à toutes les questions que l’ont se pose instantanément sur Google.

 

De même, dans un contexte guitaristique, nous avons l’habitude de pouvoir comparer des tonnes de chroniques de produits avant de faire nos achats.

Ou de choisir entre plusieurs centaines de « presets » sur nos multi-effets qui regroupent eux même plusieurs dizaines de pédales d’effets !!!!!!!! Sans parler de tous les logiciels musicaux dont nous disposons, aux possibilités quasi-illimitées.

 

C’est bien sur merveilleux de pouvoir disposer d’un tel choix.

Mais parfois, cela peut aussi nuire à la créativité !!

 

En effet, quand on dispose d’un choix trop large, on risque de perdre un temps considérable dans des détails inutiles et passer à côté de l’essentiel…

Par exemple, se torturer pour choisir entre le son A, B, C ou D alors que la mélodie de base n’est même pas encore terminée !!

 

On peut également finir par être blasé ou intimidé par toute cette abondance, et ne plus être autant inspiré musicalement… Car quand quelque chose devient banal, il perd de sa magie et de sa valeur.

Imaginez que vous avez l’opportunité de vous rendre dans un grand restaurant une fois par an : ce sera à chaque fois un moment exceptionnel et formidable, dont vous savourerez chaque minute avec délice. En revanche, si vous avez l’obligation de manger dans ce grand restaurant 3 fois par jour, 365 jours par an, qu’arriverais t-il à votre avis ?

Et bien, il y a fort à parier que vous ne trouverez très vite plus beaucoup d’intérêt à la grande cuisine !!!!!

Et que vous serez prêt à payer très cher pour pouvoir manger un simple hamburger dans un fast-food 🙂

Vous voyez le principe ?

Il en va de même pour un guitariste qui dispose de tous les effets de la terre, de toutes les simulations d’ampli, etc… Il risque de finir par ne même plus toucher sa guitare.

 

Pour lutter contre ce danger qui nous guette tous, je vais vous expliquer un concept que j’appelle la « limitation utile ».

Il s’agit tout simplement de vous restreindre volontaire, dans le but d’être un meilleur musicien !

 

Je suis intimement convaincu que cette « limitation utile » peut avoir de nombreux effets bénéfiques.

 

Elle peut vous permettre entre autre :

  • d’être plus productif, car vous perdez moins de temps à vous poser des questions secondaires.
  • de retrouver l’inspiration, si celle-ci vous fait défaut.
  • de progresser plus rapidement, en travaillant d’abord sur une petite chose avant de vous attaquer à une grande.
  • de vous aider à trouver votre son qui soit vraiment le votre.
  • et bien d’autres choses encore !

 

Les applications concrètes pour un guitariste

Je vais vous montrer comment j’envisage l’application de la « limitation utile », en comparant deux guitaristes imaginaires.

D’un côté Pierre, un jeune bien de son temps, farouchement opposé à toute idée de limitation ! De l’autre, Paul, un garçon un peu plus mûr, qui a compris les avantages de se restreindre.

 

Un beau matin, Pierre et Paul rentrent dans leur chambre pour jouer de leur instrument.

Pierre commence à jouer de la guitare tout en gardant un œil sur son ordinateur allumé dans un coin de la pièce (on sait jamais, quelqu’un pourrait vouloir chatter sur Facebook !) et en ayant son smartphone allumé, bien en vu. Il pense sincèrement pouvoir concilier les trois activités sans problème.

Paul, en revanche, souhaite être entièrement concentré sur ce moment qu’il va passer avec son instrument. Il limite donc ses interactions avec le monde extérieur, tout simplement en éliminant toutes les sources de distractions technologiques ! Ce faisant, son esprit est entièrement libéré pour la guitare, et il a déjà un net avantage sur Pierre.

 

ASTUCE #1 : Limitez les distractions extérieures pour retrouver la sérénité d’esprit et vous concentrer vraiment sur ce que vous êtes en train de faire !

 

Nos deux amis cherchent une mélodie sympathique à jouer sur leur instrument de musique.

Pierre pense qu’un bon guitariste doit être capable de jouer une avalanche de notes à la vitesse d’un Usain Bolt lancé sur une piste d’athlétisme ! Il joue des gammes supersoniques, dans tous les sens, sans vraiment réaliser que le résultat est tout sauf musical.

Paul, au contraire, choisit de se concentrer sur seulement 4 notes !!!!! Oui, vous avez bien lu.

Il joue ces quelques notes en boucle, mais surtout il les écoute.

Il teste différentes vitesses et différentes nuances. Il cherche à faire chanter les notes.

Son but, c’est d’obtenir quelque chose de simple, de musical, et de mémorable.

 

Devinez lequel des deux va trouver la meilleure mélodie en premier ? 🙂

 

ASTUCE #2 : Quand vous composez, essayez dans un premier temps de vous limiter à peu de notes et d’en tirer le maximum ! Ne vous autorisez vraiment rien d’autre et faites comme si toutes les autres notes avaient subitement disparu du manche. Vous vous retrouvez certes avec une guitare archi-rudimentaire, mais aussi avec un nombre de choix tellement réduit que vous devriez parvenir beaucoup plus rapidement à trouver une idée intéressante !

 

Au bout d’une demi-heure (et entre deux SMS à ses amis), Pierre a enfin trouvé une mélodie qui lui semble à peu près potable… A présent, il enclenche son multi-effet dernier-cri ZORG X6457 POWER 1000 et passe en revue les dizaines d’effets chorus, flanger et whammy dont il dispose ! Il n’en a pas conscience, mais ces effets ne sont rien d’autre qu’un cache-misère…

Paul, qui pour sa part a trouvé une idée mélodique vraiment intéressant, ne touche quand à lui à rien d’autre qu’à sa guitare !!!

En effet, il cherche déjà à obtenir un super son à la source !

Il a pour objectif de trouver une sonorité qui lui plaise uniquement avec les micros de sa guitare, les boutons de volume et de tonalité, ainsi que la façon d’attaquer les cordes avec son médiator.

 

ASTUCE #3 : Essayez d’obtenir un son qui vous plait à la source ! Ne vous dites pas que vous trouvez un meilleur son plus tard. Respectez votre guitare, ne la reléguez pas à une simple auxiliaire de votre ampli ou multi-effet ! Une guitare offre déjà toute une palette de nuances, à portée de main. A vous de profiter de ce potentiel, comme le faisaient les guitaristes des années 60 et 70.

 

Ce raisonnement de « limitation utile » peut continuer indéfiniment !

 

Pour finir avec cet exemple, nous pouvons parier avec certitude que Paul obtiendra un résultat musical nettement plus intéressant que celui de Pierre.

Et le plus génial dans tout ça, c’est que Paul pourra encore continuer toute la matinée à peaufiner son riff ou sa mélodie en appliquant les préceptes de la « limitation utile », au moment de régler son ampli et ses effets ! Et le résultat sera de plus en plus convainquant !

Alors que le pauvre Pierre, déjà totalement en bout de course et découragé, aura très probablement reposé sa guitare depuis bien longtemps pour retourner à ses jeux vidéo 🙂

 

Les applications concrètes pour un home-studiste

De la même manière, dans un contexte de home studio, ne pas se servir de toutes les options qu’offre votre logiciel (DAW) peut avoir d’énormes bénéfices.

 

Pourquoi en effet ne pas :

  • chercher à obtenir le meilleur son possible à la source, plutôt que de vous dire que vous le corrigez plus tard grâce sur votre large collection de plug-ins ?
  • rejouer une partie de guitare ratée jusqu’à ce qu’elle soit réussie, plutôt que de compter sur de l’editing ?
  • garder seulement 1 EQ, 1 compresseur, 1 reverb qui vous plaisent vraiment, et faire le ménage de tous vos plug-ins inutiles ? Mieux vaut maitriser à fond trois effets que d’en survoler une vingtaine… Et c’est aussi une manière de se créer un son-signature !
  • tester un mix sur seulement 4 ou 8 pistes, comme les pionniers de l’enregistrement ? Pour ne conserver que l’essentiel de l’arrangement d’une chanson, au lieu de se perdre dans des délires pharaoniques de 64 pistes ou plus !

 

Vous saisissez l’idée !?

 

N’oubliez pas que des groupes essentiels comme les Beatles étaient à l’époque très limité par la technologie de leur temps…. Et cela ne les a pourtant pas empêché de façonner des dizaines chef

d’œuvres, c’est même l’inverse !!!! Car quand on dispose de peu de choix, on doit redoubler de créativité pour créer quelque chose d’original !

 

Appliquez dès aujourd’hui les principes de la « limitation utile » !

Vous serez surpris des bénéfices que cette technique toute simple peut avoir sur votre vie de musicien !

Alors, qu’attendrez-vous pour vous y mettre ? 🙂

 

Si vous voulez réagir à cet article, laissez un commentaire.

1 mois de cours PRIVÉS et GRATUIT avec moi

Offre limitée, profite-en maintenant

2 commentaires

  1. Thalaga 4 mars 2015

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 mois de cours PRIVÉS et GRATUIT avec moiJe télécharge mes leçons

1 mois de cours PRIVÉS et GRATUIT avec moi

Offre limitée, profite-en maintenant